SERIES_Patrons_peints_1.html
SERIES_Patrons_peints_1.html

«Une paire de ciseaux est un instrument merveilleux…» (Henri Matisse)


Patrons peints


Le métier de mon père, « Artisan Tailleur, Hommes et Dames » m’a toujours  fascinée. Tout ce qui concerne cette activité me plaît et m’interroge, et ce n’est pas tant l’objet final, le vêtement, qui me passionne que tout ce qui intervient pendant sa réalisation: les matériaux, les outils, (coupons de tissu, fil, aiguille, ciseaux), l’atmosphère, (gestes et bruits), la façon d’être du tailleur, la position assise sur une table, le silence, la solitude, l'attente, le rapport du tissu à l'individu.

Le temps s’étire. D’un coupon, l’autre. La magie de la coupe.

Mon langage se construit à partir de l’enchevêtrement des souvenirs lointains que j’ai de l’atelier paternel, d’une volonté d’y rendre hommage et de mes recherches plastiques.

J’ai photographié mon père en train de coudre et tout son univers. Ce fut mon premier travail photographique. Comment continuer l’entreprise aujourd’hui ? Comment exploiter au présent le fil mystérieux, dense et invisible qui me retient à ce passé ?

Tous les tissus et les vêtements m’attirent, des brocarts de soie que je vois au Musée de la Mode aux tabliers de cotonnade noire à motifs du Marché St Pierre. J'observe attentivement les gens dans le métro, leurs habits, chaussures et accessoires. Je commente et relooke en silence. J’aime palper les rouleaux chez Reine ou chez Dreyfus. C’est ainsi, un grand plaisir, une évidence qui me remet cent fois sur le métier. J’invente mes tissus de papier, je dessine des formes de vêtements, je taille et j’assemble. Je cherche, j’explore. Retrouver le geste du « vaillant petit tailleur ».    

mcb


« Texte veut dire Tissu ; mais alors que jusqu’ici on a toujours pris ce tissu pour un produit, un voile tout fait, derrière lequel se tient, plus ou moins caché, le sens (la vérité), nous accentuons maintenant, dans le tissu, l’idée générative que le texte se fait, se travaille à travers un entrelacs perpétuel ; perdu dans ce tissu—cette texture—le sujet s’y défait, telle une araignée qui se dissoudrait elle-même dans les sécrétions constructives de sa toile. »

(Roland Barthes, Le plaisir du texte)