Je marche beaucoup dans Paris. Je m’arrête souvent devant les étals des bouquinistes et, selon l’humeur du moment, je choisis un livre dont le titre m’inspire. Je préfère les  livres dont la brochure est cousue. Ils sont plus simples à détacher. Je m’approprie totalement chacune des pages en ne tenant compte que du titre et j’interviens. Je trace sur chacune d’elle un dessin calligraphique à l’encre de Chine, d’une manière fluide et spontanée. Lors de ma résidence à la Maison Nationale des Artistes où je rencontrais régulièrement quelques pensionnaires, en sortant, je passais à la librairie d’en face et j’achetais un livre dont le titre était en résonnance avec ce que j’avais ressenti lors de mes rencontres.  

Encres sur pages de livres

Actualite_vetements.html
Actualite_vetements.html